Des drapeaux particuliers : les logos des marques

Un logo n’est pas à proprement parler un drapeau, puisqu’il peut se retrouver sur bien d’autres supports et ne sert pas à identifier un pays, mais plutôt une entreprise, une association, ou toute autre institution publique ou privée. Les deux objets ont néanmoins beaucoup de similitudes, et ont très souvent le même but : donner de la visibilité à une entité ayant une identité propre et des caractéristiques particulières.

 

 

Dans le cas de l’agro-alimentaire, un logo et un drapeau peuvent apporter un même type d’information au consommateur. Lorsqu’un acheteur cherche à renouveler son stock auprès d’un fournisseur de pâtisseries (et en particulier de pâtisseries surgelées) comme Bridor par exemple, le logo présent sur le produit lui permet de s’assurer d’obtenir des aliments d’une certaine qualité, à laquelle il est habitué et dont il connait déjà les caractéristiques. C’est également le cas lorsque le consommateur, professionnel ou particulier, distingue le « made in France » du reste des produits grâce au drapeau (ou un visuel équivalent) présent sur l’emballage. Il est alors assuré d’avoir un aliment local, produit selon les normes françaises et donc témoin d’une certaine qualité nutritive et alimentaire. Finalement, dans les deux cas, le logo comme le drapeau sont synonymes d’un rappel de la qualité du produit proposé.

Cette similitude entre logos et drapeaux se retrouve également dans d’autres secteurs. Dans l’habillement et la chaussure par exemple, le principe de la qualité du produit assurée par la présence d’un logo ou d’un drapeau est également de mise. Chez les vendeurs de chaussures comme André (escarpins, ballerines ou boots pour femme) comme dans les magasins de vêtements tel que Chevignon (spécialisé dans les doudounes et blousons pour homme), le logo atteste de la qualité de la matière. Lorsqu’à l’inverse on rencontre un vêtement sans marque (et en général pas cher) et de surcroît conçu dans un pays à la main d’œuvre peu onéreuse (donc hors de France !) il faut s’attendre à avoir un produit de moindre qualité. Comme quoi il peut être intéressant de faire l’achat d’un produit issu d’une marque connue et conçu en France pour s’assurer de sa qualité ! Attention néanmoins, le "made in France" n'est pas (toujours) synonyme de qualité, puisque pour des activités non-délocalisables comme l'immobilier par exemple, tous les acteurs présents n'ont pas la même qualité de service. Des acteurs comme MGM par exemple, constructeur et promoteur immobilier spécialisé dans le chalet de montagne, livrent des biens immobiliers de qualité, mais encore faut-il le savoir !

 

Certains logos ont également atteint une telle notoriété qu’ils peuvent prétendre à avoir autant de pouvoir que certains drapeaux, voir plus. C’est le cas pour ceux de marques comme Mc Donald’s, symbole le plus connu (et le plus décrié) de la mondialisation et de l’américanisation de la société, ou d’organisations comme l’Ordre de Malte, qui en dépit de son caractère associatif jouit d’un statut d’observateur à l’Organisation des Nations unies. Les logos de ces organisations ont depuis longtemps dépassé la notoriété des drapeaux de petits pays dont l’existence est peu connue, comme la Micronésie ou Nauru.